Promouvoir un système de services de santé mentale accessible et coordonné

(De gauche à droite) Cynthia Weaver, chef des opérations; Teresa Scheckel, directrice des programmes, Initiatives stratégiques; Christine Simmons-Physick, directrice principale, Santé mentale pour les enfants et les jeunes; la Dre Laurel Johnson, directrice des services cliniques, Services communautaires de santé mentale et chef du service de psychologie.

Avec les éléments clés d’une initiative visant à transformer les services de santé mentale de Kinark en voie d’achèvement, le programme de santé mentale pour les enfants et les jeunes de Kinark a continué à renforcer sa capacité à fournir des services de haute qualité grâce au perfectionnement du personnel et à l’évaluation des résultats, tout en commençant à réorienter ses efforts vers un système de service élargi l’année dernière, en reliant ses services récemment reconfigurés à d’autres ressources communautaires.

Selon Christine Simmons-Physick, directrice principale, Santé mentale pour les enfants et les jeunes, « l’objectif à long terme est de promouvoir un système de services de santé mentale plus accessible et mieux coordonné dans l’ensemble de nos domaines de services, y compris l’intervention de crise, les soins intensifs hors domicile et d’autres services de santé mentale, avec des orientations bien définies qui sont présentées aux familles, afin qu’elles sachent comment et où accéder aux services dont elles ont besoin ».

Guidés par le nouveau cadre décisionnel mis au point par Kinark en collaboration avec ses partenaires pour éclairer l’organisation des services, la coordination et les nouveaux investissements dans les services, le personnel s’est attelé à évaluer les besoins locaux en matière de services et les ressources locales en vue de renforcer les liens entre les services existants, de combler les lacunes et de développer de nouveaux services selon les besoins de chaque collectivité.

Un nouveau service d’intervention à court terme, développé et offert en partenariat avec le Centre régional de santé de Peterborough et les Services aux jeunes de Peterborough, est un exemple des efforts conjoints visant à répondre aux besoins communautaires en matière de santé mentale tout en améliorant le système global de services.

« Lorsque nous avons étudié la liste d’attente pour les services de santé mentale pour les enfants et les jeunes dans la région de Peterborough et l’augmentation correspondante du nombre de visites aux services communautaires d’intervention, nous avons réalisé que nous devions trouver un moyen de mieux soutenir les enfants et les jeunes en attente d’aide, parfois pendant de 10 à 18 mois, et pour contribuer à atténuer les pressions sur le service des urgences du centre de soins de santé, déclare Teresa Scheckel, directrice des programmes de Kinark, Initiatives stratégiques.

Dans certains cas, ajoute-t-elle, le nouveau service de gestion de la liste d’attente peut répondre aux besoins des enfants assez rapidement et les écarter de la liste. Parfois, nous pouvons recommander les enfants à d’autres services communautaires où ils peuvent obtenir plus rapidement l’aide dont ils ont besoin. Nous pouvons également identifier ceux qui ont besoin d’un soutien immédiat afin d’éviter que la situation ne s’aggrave pendant qu’ils sont en attente. »

En février, Kinark était l’un des 14 organismes responsables en Ontario ayant participé à un projet pilote à l’échelle provinciale visant à évaluer l’utilisation du sondage Outil de perception des soins en Ontario (OPSO) dans le domaine des services de santé mentale pour les enfants et les jeunes. Élaboré par le Centre de toxicomanie et de santé mentale (CAMH), le sondage OPSO auprès des clients est utilisé dans le système de santé mentale et de lutte contre la toxicomanie pour adultes afin d’évaluer la qualité des expériences vécues par les clients pendant leur traitement. Les résultats du sondage fournissent aux prestataires de services des données sur divers indicateurs de la qualité liés à la manière dont les clients perçoivent les soins qu’ils reçoivent dans le but de déterminer les possibilités d’améliorer l’expérience globale en matière de soins.

Bien que la plupart des organismes de santé mentale pour les enfants et les jeunes, y compris Kinark, évaluent régulièrement la satisfaction de la clientèle, divers outils sont actuellement utilisés pour recueillir ces données. L’objectif du projet pilote était de déterminer si les prestataires de services de santé mentale pour les enfants et les jeunes de toute la province devraient avoir recours à l’outil OPSO normalisé.

« Tous ces efforts ont été facilités en grande partie grâce à l’élaboration de la fiche-résultats de notre programme, explique la Dre Laurel Johnson, directrice des services cliniques, Services communautaires de santé mentale et chef du service de psychologie. Nous disposons désormais d’un langage commun : des évaluations normalisées, des définitions de la qualité et des mesures objectives de la qualité fondées sur des données probantes, ainsi que des données et des informations en temps réel. Nous pouvons utiliser tous ces renseignements pour évaluer l’organisation et la prestation des services, et le progrès des clients, afin de pouvoir prendre des décisions éclairées visant à améliorer les domaines de soins qui offrent la plus grande possibilité d’améliorer à la fois la qualité globale de nos services et, surtout, les résultats obtenus par les enfants et les jeunes. »