Mise en œuvre d’un nouveau modèle de prestation de services en santé mentale des enfants et des adolescents

L’an dernier, nous avons continué à transformer nos services en santé mentale pour les enfants et les adolescents, tout en renforçant notre capacité de fournir des services de haute qualité et fondés sur des données probantes pour les enfants et les adolescents ayant des besoins aigus et complexes.

Conformément à notre objectif stratégique d’être le meilleur fournisseur de traitement, le nouveau modèle de services de santé mentale de Kinark est interdisciplinaire, centré sur le client et axé sur les données. Il a été élaboré pour appuyer la prestation d’un traitement rapide et approprié, adapté aux besoins individuels des clients et à l’amélioration des résultats pour les clients.

« Au cours de l’année écoulée, nous avons été ravis de recevoir une formation approfondie sur les meilleures pratiques thérapeutiques, telles que l’entrevue motivationnelle et le protocole unifié, affirme Teresa Scheckel, directrice de programme, programme de santé mentale pour les enfants et les adolescents de la région de l’Est.

L’entrevue motivationnelle est une technique psychologique qui renforce la motivation individuelle à apporter des changements comportementaux sains en explorant et en réglant les questions qui leur semblent ambivalentes ». Fondé sur la théorie cognitivo-comportementale, le protocole unifié offre aux thérapeutes un ensemble de techniques thérapeutiques fondées sur des données probantes qu’ils peuvent utiliser dans une variété de combinaisons pour personnaliser le traitement des personnes ayant reçu des diagnostics différents.

Utiliser les renseignements sur les clients pour mettre au point et améliorer le traitement

Lorsqu’il se base sur les renseignements recueillis avant et pendant le traitement pour déterminer les besoins des clients et pour surveiller leurs progrès par rapport aux mesures et aux résultats validés du traitement, le protocole unifié permet aux thérapeutes de déterminer si le traitement a l’effet désiré et d’affiner les interventions thérapeutiques en vue d’améliorer son efficacité et, en fin de compte, les résultats pour les clients.

« Avoir des objectifs de traitement bien définis, objectifs et mesurables est essentiel pour permettre au clinicien de déterminer avec précision les progrès en matière de traitement et d’aider à projeter le congé », déclare Elisha Van Harte, formatrice clinique, Santé mentale communautaire.

« Nous pouvons maintenant montrer aux clients, aux familles et aux partenaires communautaires des données qui mesurent les progrès réalisés pendant le traitement, poursuit Van Harte. Elles sont particulièrement utiles aux clients et aux familles qui éprouvent des difficultés dans différents domaines et qui sont parfois incapables de voir les progrès parce qu’ils savent qu’il reste encore beaucoup à faire. »

« Si nous pouvons leur montrer les données objectives communiquées par eux-mêmes ou leurs enfants, l’espoir, l’engagement et la motivation envers le traitement seront souvent renforcés ».

« Nous devons certes aller encore plus loin, mais notre personnel a énormément travaillé pour nous amener là où nous en sommes aujourd’hui, affirme Chris Simmons-Physick, directrice de programme, Centre du programme en santé mentale pour les enfants et les adolescents. Il s’engage dans le processus et intègre de nouvelles interventions fondées sur des données probantes dans ses pratique afin que les enfants et les familles obtiennent de meilleurs résultats .»

« Les problèmes des familles sont très urgents et peuvent affecter la vie à la maison, à l’école et hors établissement. Il est essentiel que nos services donnent les meilleurs résultats possibles pour les enfants et leur famille, et ce, aussi rapidement que possible. La mise en œuvre de pratiques fondées sur des données probantes où les résultats peuvent être systématiquement mesurés nous permet de mieux atteindre ces objectifs », affirme Laurel Johnson, directrice clinique, Santé mentale pour les enfants et les adolescents, et directrice des services psychologiques.